Regard sur Jean Hélion

Mis à jour : juin 12


Jean Hélion, "Marguerites", 1979, peinture et pastel sur papier,

30 x 44,2 cm


Les fleurs que Hélion a réalisées à la fin de sa vie n’avaient guère été remarquées. Elles viennent de faire l’admiration d’un peintre connu qui s’est consacré récemment à ce motif. Il ne connaissait pas ces œuvres. Un autre artiste expose actuellement des bouquets étonnamment proches. En 1979, Hélion ne fouillait plus la précision du réel pour en extraire des signes comme dans ses chrysanthèmes de 1951. Il voulait dégager l’atmosphère d’ensemble. Les marguerites se détachent du bouquet comme une danse de papillons. Des coups de crayons semblent ajouter une vibration d’insectes et font jaillir une fleur de la jarre à l’ombre humide. Les inflorescences jaunes captent le soleil. Le cycle de la vie entre dans la danse. L’effeuillage de quelques fleurs ou leur disparition dans le vert des tiges et des feuilles n’ont rien de triste quand d’autres fleurs vont éclore. Tout est reconstitué par signes. Un art sophistiqué sous-tend l’oeuvre, jusqu’au rythme de sa construction horizontale que l’on retrouve dans d’autres œuvres comme les Sardiniers, mais il s’efface devant l’évidence de l’émerveillement. La beauté de ces marguerites est devant nous dans tout son éclat, comme si l’artiste n’y était pour rien. A.M.

© 2020 par Galerie Alain Margaron. Créé avec Wix.com 

5, rue du Perche 75003 Paris, France

  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Pinterest Icône
  • Blanc Icône YouTube